Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 18:37
Valls à mis le temps

J’ai enfin terminé mon bouquin sur les C.I.P. Avec ses centaines de dessins, cela m’a prit un temps fou. Je peux dorénavant en réaliser de nouveaux concernant les travers de notre société si enclin à rire d’elle-même, enfin tant que l’on se fou des autres, n’est ce pas ?

L’actualité, sur les voitures fumantes d’Outre-Rhin, donne du grain à moudre à nos politiques cocardiers toujours empressés de voir la paille dans l’œil de l’autre et ignorer superbement nos propres contradictions poûtrellesques.

On ne se refait pas.

Repost 0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 18:56
Et si le capitaine, ennemi juré de Peter Pan, avait été affublé de 2 crochets ?

Devant la débauche de publicité vantant les prouesses de solidité des papiers toilettes de luxe, il faut constater qu’il est loin le temps où, gamin en vacances à la ferme, il fallait sous peine d’inflammation sévère, froisser énergiquement les morceaux de pages glacées des magasines de mode qui attendaient sagement piqués au clou de charpentier de la cabane au fond du jardin. On disait les feuilles des journaux cancérigènes à cause du transfert de leurs encres. Elles étaient donc, soi-disant, avantageusement remplacées par les couvertures offset aux couleurs éclatantes. La preuve en est que le progrès est une réalité quotidienne que l’on peut cerner dans les endroits les plus insolites quelque en soit l’époque, mais il faut l’avouer, si on gratte bien, enfin pas trop… Pirate fut un drôle de métier…à risques !

Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 18:49
Il me fend le coeur

Je n'ose imaginer une partie de pétanque.

Repost 0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 11:23
Charlie's angels
Repost 0
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 18:00

De tout temps les forces obscures ont contré la lumière. L’histoire a démontré que c’était en vain, car l’humanité, quand la nuit des brutes tombait sur elle, surmontait l’épreuve et se trouvait à chaque fois grandie en sagesse et en empathie. L’obscurantisme n’est pas une fatalité et gageons que le journal abattu renaît de ses cendres encore plus tonique et vivifiant que jamais.

Chapeau bas messieurs les apôtres de l’impertinence. Que votre sacrifice nous fasse comprendre à quel point la société peut se révéler fragile. Pour éviter l’emballement, restons vigilant aux moindres dérives autrement nous ferrons face à un éternel recommencement, là où le mot humour n’a plus aucun sens.

Phénix-Charlie
Repost 0
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 17:25

L’humanité étant ce qu’elle est sur cette planète aux humeurs versatiles, il est curieux de souhaiter encore, aux gens que l’on aime, une bonne et heureuse année sachant pertinemment que certains d’entres eux auront peut-être, pendant cette période, l’un, un contrôle fiscal, un autre des cornes à défoncer le faux plafond et pour les plus veinards, la chance de rencontrer Dieu, Saint-Pierre et la Trinité à cause d’une méchante météorite tueuse. Riez pas, cela a faillit arriver à ma grand-mère maternelle en traversant la cour pour aller aux toilettes. Elle n’aurait pas oublié le papier qu’elle serait morte. Elle a gardé longtemps la précieuse relique…et fait rapidement installer des toilettes au plus près de la maison. Donc, après cette mise au point et sans garantie de ma part, je vous souhaite à tous une excellente année 2015. Il est permis de rêver et de sourire, deux qualités propres, dit-on à l’homme. Pour les femmes, je ne sais pas, je n’ai pas fini de lire Voltaire et il ne répond plus au téléphone.

Vous avez dit 2015?
Repost 0
Philippe Lepers - dans Voeux
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 17:39

Je me souviens dans les années soixante dix de l’hécatombe qui marquait les soirées du samedi soir. Il n’y avait pas de contrôle préventif d’alcoolémie, les limitations de vitesses n’existaient pas. Je me souviens d’avoir parcouru en 1971 Les saintes Marie de la mer - Paris en à peine quatre heures trente ! Les ceintures de sécurité n’étaient pas encore installées dans les voitures et les contrôles techniques, un vœu pieux, quand aux sécurités passives et actives des véhicules, de la pure science fiction.

Avec le mauvais temps d’hivers et ses routes verglacées, il est bon de dire, même aujourd’hui, qu’il n’est de bonne soirée sans rappeler cet adage :

Il vaut mieux se chagriner de n’avoir bu que boire pour oublier son chagrin.

Cela a l’air con et niais mais l’efficacité des choses n’est souvent perçue que lorsqu’il est trop tard. Continuons donc de nous moquer gentiment de notre chauffeur sobre et intègre, l’important est qu’il ramène tout le monde à bon port…même serrés comme des sardines !

Mise en boite
Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 15:43

Face à une éventuelle pandémie provoquée par le virus d'Ebola, les autorités françaises ont décidé, par principe de précaution, de réquisitionner des infirmières retraitées. Manifestement elles n'ont pas reçu les mises à niveau nécessaires pour une bonne assimilation des techniques modernes de prises de températures corporelles.

EBOLA GATE
Repost 0
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 17:10

Après de courtoises explications et galantes mises au point comme la famille Le Pen en a le secret, le patriarche a peut être décidé de mettre enfin de l’eau dans son vin.

La preuve :

Et comme disait le proverbe d’une fille à son père : « Vieux beau lard que j’aimais »

Douceurs et Rififi
Repost 0
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 16:15

C’est une drôle d’histoire qu’ont vécu les passagers et les membres de l’équipage du vol 598 d’US Airways le mercredi 18 mai 2014. Un petit chien, un tout petit clébard à sa mémère, s’est mis soudain à déféquer dans le couloir central avec une virulence et une intensité à faire pâlir les plus constipés des canidés. L’odeur était si abominable que le personnel, qui tentait d’endiguer la marée, qui ne manquait pas de selles, s’affairait à résoudre le problème à quatre pattes armé de lingettes et autre vaporisateurs. A peine avait il fini là que ses embarras reprenaient de plus bel la bas à l’autre bout de l’avion. Le toutou était bien décidé à ne pas se laisser attraper pendant ses besoins et marquait si l’on peut dire, les moindres recoins de la cabine. Dans cet avion, parti de L’os en gelés en direction de Philadelphie, l’ambiance était au film catastrophe. Des gens tournaient de l’œil, d’autre vomissaient sur les chaussures des voisins. Les hôtesses, tout en glissades, se croyaient à Holidays on ice et les pilotes étaient à deux doigts de laisser tomber les masques à oxygène au dessus des passagers paniqués.

Après réflexions, le risque du mélange hydrogène sulfuré-oxygène s’avérant hautement explosif, ils renoncèrent à effectuer l’opération et décidèrent d’atterrir en urgence à Kansas City où les pompiers les attendaient avec une certaine philosophie.

C’est sûr, ils en avaient vu d’autres.

Jumbo
Repost 0

Liens