Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 17:51
Autolithique

Je crois que j’ai fini la tarte.

C’est quoi çà ? Des cookies au haschisch ? Fais voir.

Qu’est-ce ce que je disais ?

Ah oui, les homos sapiens, qui à l’époque de la pierre polie cet à dire au néolithique, concevaient certainement plein de choses pour améliorer leur confort, ne pouvaient se douter que onze milles ans plus tard, leurs descendants grattouilleraient leurs abris pour s’approprier haches, grattoirs et poteries en se posant tout un tas de questions existentialistes sur leurs us et coutumes.

Notre Cro-Magnon de service, maîtrisant le feu, cuisant aliments et poteries, devenant petit à petit sédentaire en découvrant le potentiel de l’agriculture et de l’élevage face aux cueillettes et aux chasses pratiquées par ses aînés, sourirait certainement devant nos savantes certitudes sur son mode de vie et son habitat. Notre connaissance sur cette époque est essentiellement due aux trouvailles archéologiques. Pour cela il faut que les objets, peintures et habitats soient parvenus jusqu’à nous en bon état de conservation. Qui nous dit que l’âge du fer n’a pas commencé avant celui du bronze qui suit justement le néolithique ? En effet, le bronze est, comme chacun sait, un alliage de cuivre et d’étain et de par sa composition s’érode très peu avec le temps contrairement au fer qui est irrémédiablement et rapidement détruit par la rouille. Aucun objet en fer conservé dans un milieu oxydant ne peut subsister dix mille ans ! Quant aux objets en bois, quelques pieux de cités lacustres sont parvenus jusqu’à nous, mais aucun assemblage savant, s’il a existé, ne peut nous donner un instantané sur la capacité inventive de ces hommes.

Prenons les véhicules. En ayant domestiqué les Aurochs, ces protovaches auraient très bien pu, à l’exemple des Indiens de l’Amérique du Nord, tracter deux robustes branches garnies, à la façon d’un hamac, de peaux de bêtes tendues, Carrioles sans roues, similaires aux traîneaux, transportant matériel, nourriture, voir mêmes femme et enfants. La deuche du Néo quoi.

L’invention de la roue, pour l’instant estimée à trois mille cinq cents ans av. J.-C., n’est vraiment devenue utile que lors de la domestication des animaux de trait, assistants suffisamment puissants pour tirer des charges qui, même sur roues, seraient trop lourdes pour le commun des mortels.

Il est vrai que, jusqu’à présent, au-delà de cette date, aucune roue en pierre, a fortiori en bois assemblé par cloutage, n’est parvenue jusqu’à nous, mais qui sait ? On peut toujours espérer !

Et, pourquoi pas, une foire de la locomotion, de l’auto-lithique, par exemple.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Liens